Suivez-nous




Néoprène ou boite à ressort ?

Plaquettes de néoprène à poser sur les têtes de voiles, pour l’isolation acoustique ou mécanique d’un bâtiment.

 

 

 

 

# 01 décembre 2017

 

 

A tous les amoureux de chantier et de photos conceptuelles, ce nouvel article consacré au gros oeuvre de notre programme de Nanterre est pour vous. (projet à re-découvrir par ici)

 

 

 

Quelles sont les options en cas de contrainte acoustique ?

 

Ça y est, le rez-de-chaussée est fini. Les voiles béton sont terminés, le sol est coulé, arrive maintenant l’étape cruciale pour toutes constructions exposées à une contrainte acoustique ou mécanique. « Mais de quoi parle-t-on ? » me direz-vous peut-être. Du bruit ou des vibrations – ce qui revient à peu près au même – provenant d’environnements comme les voies ferrées, les autoroutes… mais aussi des situations géographiques à risque sismique.

 

Tout de suite ça impressionne.

 

Et ça tombe bien car notre projet est une petite merveille… Situé à proximité des lignes du RER A – station « Nanterre Université » pour ceux qui souhaitent aller y jeter un oeil – la contrainte acoustique de sa parcelle est suffisamment importante pour qu’une solution de coupure vibratile* soit mise en oeuvre. Cette étape clé du gros oeuvre consiste à désolidariser le bâtiment de son socle en rez-de-chausée pour éviter la transmission des vibrations aux résidents. Deux solutions existent : le néoprène (photo ci-dessus) ou la boite à ressort utilisée pour notre projet M9C, réalisé Zac Seine Rive Gauche à Paris, juste à côté des voies ferrées de la gare d’Austerlitz.

 

 

Choisir la bonne solution grâce à l’étude de charge acoustique

 

Le choix entre ces deux techniques dépend du résultat de l’étude de charge acoustique menée pour le bâtiment. En gros, quel poids fera-t-il une fois achevé ? Le notre pèsera 6 164 tonnes. Soit l’équivalent de 1 027 éléphants d’Afrique mâles et adultes disposés sur les poutres qui accueilleront le 1er étage à venir… Du lourd. Dans notre cas (poids + contrainte acoustique subi par notre bâtiment) la pose du néoprène comme nous le montre la photo ci-dessous, a été retenue par l’entreprise spécialiste du filtrage des vibrations.

 

 

* « Coupure vibratile » : aussi joli qu’un clignement d’oeil vous ne trouvez pas ?

 

 

Pour les photos conceptuelles de ferraillage du béton, descendre en bas de page 😉

 

 

A très bientôt !

 

 

 

 

Photos : Marie Teurlings, architecte assistante sur ce projet de Nanterre.

 

 

 



« Retour à la liste
Top